Skip navigation

Etudiants, étudiantes qui préparez d’arrache pied votre entrée dans une école supérieure artistique, vous trouverez chez Graffiti des ouvrages de référence, d’architecture, d’histoire de l’art, de théâtre, de cinéma.

Cinéma

A côté des dictionnaires des films, réalisateurs, acteurs, viennent de paraître Histoire(s) du cinéma de Jean-Luc Godard, des Aphorismes, impressions sur l’art et la manière (Gallimard). Entre deux siècles, 20 ans de cinéma contemporain de Jean Serroy (La Martinière) dresse un bilan de la production mondiale de 1985 à aujourd’hui assorti d’un répertoire de plus de 600 réalisateurs, de l’analyse de 820 films. Analyse d’image à compléter par d’autres lectures, telle La chambre claire de Roland Barthes (Gallimard) ou d’autres à venir découvrir en rayon !

Théâtre

Outre un large choix de pièces du répertoire classique ou contemporain, y compris belges, Graffiti vous propose des essais tels que Qu’est-ce que le théâtre ? (Folio) dans lequel Christian Bier et Christophe Triau brossent divers points de vues sur la fonction et la nécessité du théâtre, les divers métiers du spectacle, l’évolution des lieux, des pratiques, du texte, du jeu, de la mise en scène, etc. Un glossaire du vocabulaire technique complète cette bible de théâtre.
Egalement indispensables aux aspirants comédiens : la lecture de Le Théâtre et son double d’Antonin Artaud (Folio), celle de La construction du personnage de Stanislavski (Pygmalion) , père de la méthode de l’Actor’s Studio qui reste la plus utilisée, surtout au cinéma. Nous avons aussi des histoires et des « Histoire du théâtre », de quoi nourrir références et imaginaire…

Histoire de l’art

L’Histoire de l’art de E.H Gombrich (Phaidon) reste incontournable depuis quarante-cinq ans et constitue une introduction inégalée. Dans un style simple, il envisage l’art « comme un enchaînement ininterrompu de traditions encore vibrantes qui relie l’art de notre temps à celui des pyramides ». Il privilégie la clarté pour aider l’étudiant à s’y retrouver dans l’abondance de noms, de dates, de styles.
Autre classique que tout étudiant en histoire de l’art se doit d’avoir lu, La vie des formes de Henri Focillon (Puf). Publié en 1943, il aborde l’œuvre comme un tout, dans son rapport entre le dedans et le dehors, l’espace, le temps, la matière, pour des « artistes géomètres », bâtisseurs. Et puis, bien sûr, des dictionnaires de l’art moderne, contemporain, etc.. pour se rafraîchir la mémoire.

Architecture

Devenus classiques, les essais de Bruno Zevi s’inspirent du principe selon lequel une architecture n’est pas une succession de plans et de coupes mais un lieu à investir, un espace intérieur. Apprendre à voir l’architecture (Minuit) propose une éducation « spatiale ». Langage moderne de l’architecture (Pocket) analyse les sept invariants du langage de l’architecture moderne. Autre classique, japonais celui-là, L’Eloge de l’ombre de Tanizaki est un livre « autour » de l’habitat, une initiation aux jeux de lumière et d’ombres que certains professeurs donnent à lire aux élèves de première année d’archi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :