Skip navigation

Bruxelles, juin 1960, la Belgique se déchire sur la question de l’indépendance du Congo. Eric Vermeer, jeune journaliste engagé pour la décolonisation, ne se fait pas que des amis quand il tente de publier un article trop indulgent à l’égard de Lumumba. Rose, sa femme, est infirmière. Elle s’occupe de nombreux colons rapatriés en Belgique. Ayant elle-même passé son enfance au Katanga et nostalgique d’un monde sur le point de disparaître, elle comprend la détresse de certains d’entre eux. Un jour, le chargé d’affaire de Van Lancker, riche exploitant de mines de diamants qui s’est occupé d’elle enfant, lui remet un masque et une lettre, à n’ouvrir qu’à la mort de celui-ci. Dépositaire, sans le savoir, d’un secret convoité par des aventuriers sans scrupules, elle va devoir échapper aux pièges que ceux-ci vont lui tendre, pour exécuter les dernières volontés de son vieil ami. Largement inspirée par l’histoire de sa mère, Thilde Barboni livre ici sous le trait inspiré de Séraphine une passionnante histoire d’héritage, de quête d’identité et de course au trésor sur fond de bouleversements politiques à une époque charnière de l’histoire belge et européenne.

Séraphine ; Barboni ; Rose d’Elisabethville, Dupuis (Aire Libre), 2010.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :