Skip navigation

L’adaption d’une oeuvre littéraire en bandes dessinées n’est pas chose aisée, plus d’uns s’y sont essayés avec des fortunes diverses. Nous avions beaucoup aimé le roman de Teulé, l’adaptation de Philippe Bertrand est très réussie. Pour rappel et en bref, Louis-Henri de Pardaillan, Marquis de Montespan refusera jusqu’à la mort de partager son amour avec le Monarque ensoleillé … Scandales, provocations, il tentera tout pour reconquérir son épouse étourdie par les fastes de la Cour. Si le côté leste du roman est quelque peu gommé (à peine), Philippe Bertrand, très bien documenté, insiste sur l’extrême violence des rapports de force entre courtisans et la médiocrité puante de l’aristocratie, à peine dissimulés derrière l’éclat des lustres et des dorures. Il en résulte une véritable chronique sociale, cruelle et drolatique au coeur de laquelle un héros attachant n’hésite pas à défier le pouvoir absolu.

Bertrand; Teulé, Le Montespan, Decourt Mirages, 2010.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :