Skip navigation

L'homme qui m'aimait tout basCe texte est sans nul doute le plus personnel et le plus émouvant que l’auteur de Un territoire fragile nous ai livré à ce jour puisqu’il s’agit du livre du père, et singulièrement de la mort tragique du père. Et pourtant, disons le d’emblée, Fottorino évite brillamment tous les poncifs et le pathos inhérent a ce type d’exercice, il le fait sans tricherie, avec beaucoup de sincérité, de pudeur et d’évidence. C’est là moins un livre de deuil qu’un livre d’apprivoisement de l’absence, d’apprentissage de la douleur puisque « de la mort on ne se console jamais ». Le récit est un poignant hymne à l’amour filial d’autant plus fort que l’auteur fut adopté par cet « autre » aimant, mais peu importe, tout est une question de choix. Eric Fottorino, en faisant de son père un héros de littérature, le rend magnifiquement à l’éternité.

Eric Fottorino, L’homme qui m’aimait tout bas, Gallimard, 2009.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :