Skip navigation

GrimbertParc Monceau, deux enfants jouent, ils ont trois ans et d’emblée un pacte se lie entre eux. Désormais se sera à la vie à la mort. « Le premier qui passe de l’autre côté fait signe à l’autre ». Les enfants grandissent, partagent une passion pour la BD, le cinéma, le Père Lachaise, les filles. Quelque chose est là pourtant, dès le début, qui sème le doute dans cette amitié sans tache. Sans tache ? Les coups de canif au contrat auraient dû être insignifiants, si… Philippe Grimbert sonde en mode majeur, les failles et dérapages mineurs. Avec la patience du psychanalyste, il met en lumière, par petites touches, le trouble adolescent, les blessures, la solitude de garçons brillants, sensibles, montés en graine dans des appartements parisiens trop grands, trop vides. Un roman bouleversant, sobre, juste, qui à à coup sûr deviendra un classique.

Philippe Grimbert : La mauvaise rencontre, Grasset, 2009, 213p.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :