Skip navigation

magris2Claudio Magris actualise le mythe d’Orphée et Eurydice sous une forme des plus réjouissantes. Un auteur à succès obtient une dérogation spéciale pour aller rechercher son aimée aux Enfers. Mais a-t-elle réellement envie de retrouver la vie bruyante, les petites compromissions, les manies de son mari ? Et lui, quelle est sa motivation, récupérer sa Muse ou celle qui lui lavait ses chaussettes et corrigeait ses textes ? Ce monologue d’Eurydice au « Président de la Grande Maison » des morts est une radioscopie du couple d’une amoureuse férocité.

Claudio Magris : Vous comprendrez donc, traduit de l’italien par Jean et Marie-Noëlle Pastoureau,Gallimard L’Arpenteur, 2008, 54p, €7,90

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :