Skip navigation


Remarqué par la critique dès son premier roman, couronné du Prix Jean Muno, Grégoire Polet reprend ici la même facture narrative que dans Madrid ne dort pas. Ce n’est plus une nuit mais une semaine qui fait l’unité de temps, et c’est la Place Saint-Sulpice à Paris qui fait le lieu. Autour de cette place et durant une semaine, une vingtaine de personnages vont se croiser, s’ignorer, se rencontrer, s’aimer. La virtuosité du romancier est totale, sa maturité l’est tout autant. On a beaucoup de plaisir à voir ces vies se dérouler sous nos yeux, et on ne peut s’empêcher de penser que, tout compte fait, nous vivons tous ainsi, proches et lointains aux yeux des autres, dérisoires et pourtant uniques. Comme peut l’être une œuvre d’art, un thème au cœur de ce roman très réussi.

Grégoire Polet
Leurs vies éclatantes
Gallimard

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :