Skip navigation

Chi Li reprend l’argument developpé par Mo yan dans « Le maître a de plus en plus d’humour » (Points Seuil, voir par ailleurs), à savoir le licenciement d’un Chinois au terme d’une carrière irréprochable menée dans la plus stricte observance des principes maoïstes. Ce thème consacre la rupture entre la Chine d’hier et celle d’aujourd’hui : « Chef Bian, reveillez-vous un peu ! L’époque du collectivisme, il y a longtemps que c’est terminé ! ».Ce qui, chez Mo Yan, donne lieu à un merveilleux petit conte plein de malice, est l’occasion pour Chi Li d’écrire un très beau roman, intimiste et admirablement construit. L’histoire simple d’un homme blessé qui tente d’apprendre une nouvelle vie.
Chi Li, qui nous avait habitué dans ses précédents romans à aborder, avec sa coutumière irrévérence, les soubresauts de la société chinoise à travers le prisme très noir de relations familiales, offre au lecteur un livre d’une clarté inédite !

Chi Li
Un homme bien sous tous rapports
Actes Sud

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :