Skip navigation

Retiré dans la campagne norvégienne, un vieil homme reconnaît en son voisin le frère d’un camarade d’enfance, et c’est toute sa jeunesse qui ressurgit. Et plus particulièrement l’été 1948, qui devait sceller la fin de son enfance. Cette année-là en effet, le jeune Trond part en vacances avec son père dans un chalet proche de la frontière suédoise. Une intense relation se nouera entre le père et le fils, au contact d’une nature grandiose, magnifiquement décrite. Le bonheur tranquille va pourtant basculer, au travers d’un drame qui touchera ce camarade avec lequel il jouait à voler des chevaux. Mais Pas facile de voler des chevaux est aussi un message codé utilisé durant la guerre par la Résistance, à laquelle le père de Trond fut mêlé, et qui sera la cause d’une autre déchirure.
Un roman d’apprentissage émouvant, habilement construit autour du va-et-vient entre le passé et le présent, et un bon moment de lecture.

Traduit du norvégien par Terje Sinding

Per Petterson
Pas facile de voler des chevaux
Gallimard

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :