Skip navigation

 

Le temps d’un été caniculaire, Grady, jeune fille de la Haute, s’éprend de Clyde un mécano juif. Alors que les parents de Grady voguent vers l’Europe, les deux jeunes passent quelques semaines à s’aimer dans le splendide appartement familial. Au mépris des convenances, elle s’enfonce dans la passion, jeune rebelle gâtée et imprévisible et se marie avec le rude mécanicien.

Roman naturaliste d’où émane un merveilleux parfum de Salinger, que n’entache pas une sensation de trop peu. Un livre, dont le manuscrit fut découvert il y a peu lors d’une vente, et qui fut écrit par l’ami de Harper Lee vers 1943. Capote qui a alors 20 ans écrit un roman, certes inachevé (Capote n’envisagea pas de le publier) et un brin déconstruit, qui déborde toutefois d’une surprenante maturité. De cette traversée, entre insouciance et désillusion, nous garderons des images, des couleurs et une certaine aspiration à l’exubérance.

Truman Capote
La traversée de l’été
Grasset

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :