Skip navigation

Racontée sous forme de roman, et avec talent, la vie courte et tragique d’une femme d’exception. Née en Suisse en 1908, Anne-Marie Schwarzenbach fut tour à tour écrivain, archéologue, photographe, mais aussi une infatigable voyageuse, en un temps qui permettait encore aux femmes intrépides de parcourir l’Afrique et l’Orient en toute liberté. Car libre, elle le fut très tôt. Rebelle à son milieu d’origine, elle évolua dans l’Europe de l’entre-deux-guerres, notamment à Berlin où elle rencontra celle qui fut la passion douloureuse de sa vie, Erika, la fille de Thomas Mann. Tant aimée, elle le fut sans doute, mais le bonheur fut difficile. Et la vie ne lui laissa qu’un temps trop court.

Elle, tant aimée
Melania G. Mazzucco
(traduit de l’italien par Philippe Di Meo)
Flammarion.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :