Skip navigation

Andras Vajda, le double littéraire de l’éminent critique d’origine hongroise Vizinczey, adresse aux jeunes gens cette initiation sentimentale guidée autant par l’appétit de la chair que par la curiosité intellectuelle.
Ce Stakhanoviste de la vie amoureuse, rend hommage à toutes les femmes qui l’ont déniaisé à une époque, les années cinquante dans une Budapest stalinienne, et à un âge qui ne facilitait pas la chose. Ni tableau de chasse ni étalage impudique, ce roman d’apprentissage plein d’ironie distanciée est une fête des sens autant que de l’esprit et connaît un succès interrompu depuis sa parution.

Stephen Vizinczey
Éloge des femmes mûres
Folio

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :