Skip navigation

« Je voudrais que toutes mes études littéraires puissent servir à établir une classification des esprits ». Il fut exhaucé, mais en creux, car tous les auteurs que cet éminent critique littéraire descendit en flamme sont passés à la postérité, alors que les obscurs tâcherons dont il vantait le style ont sombrés dans l’oubli. Sainte-Beuve est resté pour avoir esquinté tous les novateurs Victor Hugo, Balzac, Dumas, Lamartine. Ces petits poisons (le titre n’est pas de lui) sont tirés de son journal -drôle à son insu- qui mêle petite méchanceté aigre et énorme vanité.

Sainte-Beuve
Mes poisons
Table ronde

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :