Skip navigation

Cela a-t-il un sens de dire d’une écriture qu’elle a du corps ? On le dit d’un vieux malt, aussi cela ne déplairait pas à Jim Harrison, maître ès sens. Les trois courts romans réunis en un volume sont de cette aune. La première défie la société américaine en conviant tous ceux qu’elle tolère à peine : pauvres, Indiens, métis, handicapés, sans abri, obèses, nymphomanes. Des personnages magnifiques de générosité, d’humour, de poésie et d’intelligence qui nous accompagnent longtemps. Harrison nous surprend plus encore dans la seconde histoire qui vole au secours d’épouses républicaines virant leur cuti ! Il nous quitte sur son histoire à lui, toute en allégeance et en sensibilité.

Jim Harrison
L’été où il faillit mourir
Bourgois

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :