Skip navigation

L’impertinence n’a pas d’âge. L’iconoclaste auteur d’ Abattoir 5 (récit du bombardement de Dresde en 45 vécu en tant que prisonnier de guerre), cultive à quatre-vingt trois ans les vertus de l’humour et de l’insolence. Alors que les grands de ce monde se prennent les pieds dans le tapis de discours à doubles fonds, Kurt Vonnegut crie sus aux mensonges. Ecoeuré de voir son Amérique, celle de Lincoln et Mark Twain, livrée à des marchands de pétrole et de guerres exportables, il livre sous forme de pamphlet sa foi en la poésie, l’humanisme, les vertus de l’intelligence et de la sensibilité. Denrées en sursis. Morceau choisi : « Notre Constitution présente un défaut tragique et je ne sais pas ce qui peut être fait pour le réparer : seuls les dingues ont envie d’être président. » Revigorant, isn’t it ?

Kurt Vonnegut
Un homme sans patrie
Denoël

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :