Skip navigation

Il a plus de quatre-vingts ans, le corps douloureux, condamné. Envers et contre la mort, Louis-René Des Forets écrit pour retarder la finitude. Les phrases sont longues, pour tromper le vide de cette existence qui se délite, ou brèves, rapides et ramassées, histoire de dire la vigilance du créateur qui ne tient plus debout que par l’exigence de l’écrit. Un grand écrivain, secret, rare donne là son dernier chant.

L.-R. Des Forets
Pas à pas jusqu’au dernier
L’Imaginaire Gallimard

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :