Skip navigation

Monthly Archives: décembre 2005

Les fondamentaux.
fr.wikipedia.org une page fournie sur l’univers du manga.
http://www.artelio.org un gros dossier sur le manga en France, des interviews, etc. incontournable !

Forum Manga
Akata.fr Un forum entièrement dédié au manga

Pour aller plus loin.
mangaverse.com actu, infos, chroniques…
chobits.eu.org un site dédié aux chobits
otakushi.com Webzine consacré au manga, une foule de dossiers, dont un reportage sur le dernier festival d’Angoulême
lovehina-fr.com un site dédié à la série Love Hina

L’édition du manga en français…
Quelques éditeurs se répartissent le principal du manga en langue française…
pika.fr le site des éditions Pika (voir aussi senpai.fr)
mangakana.com le site des éditions Kana
madeinjapan la jolie collection « Made in Japan » de Kana
glenat.com le portail manga de Glénat
http://www.sakka.info la collection « Sakka » chez Casterman
http://www.editions-delcourt.fr Le portail manga Delcourt

Au japon…
http://www.mangazoo.com
http://www.afternoon.co.jp
http://www.shonenmagazine.com
http://www.kadokawa.co.jp
http://tezuka.co.jp

Publicités

Jeunes et moins jeunes amateurs de choses dessinées au Japon, la série Shin Chan est faite pour vous ! Cette série manga publiée en français chez J’ai Lu raconte les aventures familiales de Shin Chan, un petit garçon turbulent et plutôt mal élevé. Chaque volume (le septième vient de paraître) est constitué d’un ensemble de très courtes histoires, quelques gags suivis d’une chute. Caractérisée par un dessin rudimentaire, la série remporte pourtant un franc succès au Japon, essentiellement grâce à son ton très décalé. Cette série a d’ailleurs fait l’objet d’une adaptation télévisée actuellement en cours de diffusion.

Shin Chan, J’ai Lu Manga

Nouvelle tendance dans l’édition du Manga ?

Gunslinger Girl développe les péripéties d’un service gouvernemental italien qui, sous couvert d’activités sociales et médicales, est chargé de lutter contre le crime organisé en exécutant les chefs de clan. Particularité, ce service utilise de jeunes filles orphelines reconditionnées et parfaitement entrainées au maniement des armes à feu. Celles-ci forment avec leur protecteur, sorte de tuteur au sein de l’organisation, un « fratello », duo « frère-soeur » chargé de remplir les différentes missions.

Asuka propose depuis peu cette série en version collector accompagnée d’un DVD.
Le premier tome papier est donc vendu dans un coffret contenant également le premier épisode de cette série animée sur DVD (avec bonus et interviews exclusives). Les volumes suivant seront également accompagné de DVD proposant chacun deux épisodes. De cette manière, au 7e et dernier tome du manga, l’acheteur possedera également l’intégrale de la série télé, à savoir 13 épisodes de 25 minutes ! (il est bien sûr possible également de n’acquérir que le tome papier). Une brillante initiative, qui espérons-le, fera des « petits » !
Gunslinger Girl T.1 (coffret collector livre + DVD)

Un grand dictionnaire sur tout ce qui « dans le discours sur le sexe et la représentation de l’acte sexuel, nous choque, nous offusque, nous effraie, nous dégoute, nous blesse même et que par conséquent nous rejetons et nous interdisons. »
Philippe Di Folco orchestre avec brio cette plongée vertigineuse parmi des sujets aussi variés que Proust, les webcams, le manga Hentai, Sade, Freud, la vulgarité, le cinéma X, Bunuel, la poésie, le fétichisme, etc. (Au total 450 entrées)
« Loin de vouloir rendre belle ou laide, bonne ou mauvaise » la pornographie, le présent ouvrage a pour ambition de faire mieux connaitre cette pratique marquée de nos jours par un haut degré d’industrialisation et de médiatisation.
A ne pas mettre, on s’en doute, entre toutes les mains…

Dictionnaire de la pornographie
Paru aux PUF, préfacé par Jean-Claude Carrière

De livre en livre, l’important écrivain hollandais Rudolf Herter s’interroge sur l’énigme du mal. Il se trouve un jour, lors d’une conférence à Vienne, confronté à ce que fut la personnalité d’Hitler, incarnation du mal absolu. Comment l’appréhender ? A ses yeux d’artiste, seules la fiction, la re-création romanesque, peuvent tenter de raconter, aider à comprendre : en art, pense-t-il, la forme est le fond réel. Et mettre en scène Hitler dans des situations extrêmes, mais fantaisistes (c’est Herter qui emploie ce terme de fantaisie), devrait permettre de mieux comprendre sa personnalité : la fiction plus forte que la réalité…
Et pourtant c’est l’inverse. A peine vient-il d’expliquer cela qu’Herter est contacté par un couple de vieillards, anciens domestiques d’Hitler et Eva Braun dans leur refuge bavarois du Berghof. Et ils lui racontent l’incroyable, ce que lui-même n’aurait pas osé imaginé, un secret que toute leur vie ils ont gardé pour eux, et que d’une certaine manière ils lui transmettent. La réalité dépasserait donc la fiction…
A part que tout ceci n’est évidemment que du roman. Comme toujours chez cet important écrivain hollandais qu’est Mulisch, le récit emmène le lecteur dans une construction où réel et imaginaire s’entrecroisent, manière subtile de poser quelques questions fondamentales.
Par l’auteur de La découverte du ciel et de l’affaire 40-61.

Harry Mulisch
Siegfried
Folio

Elle a rejoint son époux à Bagdad, où il occupe une fonction officielle dont on n’apprendra rien, sauf qu’elle oblige à vivre cloîtrés dans la maison, constamment protégés par des CPO (close protection officers) . Et plus encore lors des rares sorties vers le marché ou dans des réceptions organisées (malgré tout, voudrait-on dire) par d’autres expatriés. Une année à Bagdad, faite de choses minuscules, mais surtout d’observation attentive et navrée. Partout la violence et la peur, car les attentats se multiplient. Partout présente, la haine de l’ancien dictateur, et en retour l’acharnement de ses anciens sbires. Désolante, l’impuissance des gens qui ne peuvent plus tracer de frontière entre leur « libération » et leur actuel enfermement. Elle observe donc, elle ne commente guère. Elle sait qu’elle ne connaîtra jamais Bagdad, bien qu’elle y reconnaisse çà et là des images vues dans d’autres villes du Moyen-Orient. Elle raconte, économe de mots et de lamentations, ce que chacun de nous sans doute ressentirait à sa place. Et à sa manière, elle répond à la question : comment peut-on vivre à Bagdad ? Elisabeth Horem est l’épouse du chargé d’affaires suisse en Irak.

Elisabeth Horem
Shrapnels
B. Campiche