Skip navigation

Vladimir Makanine est un tout grand format de la littérature russe. Avec une puissance peu commune, sinon chez Tolstoï ou Dostoeivski, il parle de la Russie actuelle à travers la débâcle personnelle de ses personnages. Elevés dans la culture soviétique, collectiviste, ils ont bien du mal à s’intégrer dans l’ultra individualisme en vogue. Surtout s’ils ont la tare d’être intelligents et sensibles, soit perpétuellement en porte-à-faux avec l’idéologie, quelle qu’elle soit.
« Le Prisonnier du Caucase » est une nouvelle magistrale sur la défaite de la beauté face à la laideur. Touché par la grâce de son jeune ennemi, le conscrit russe tuera nénamoins son prisonnier dans une sorte de lassitude atavique. « La lettre A », «l’antileader » et « Une bonne histoire d’amour », renouvellent le genre réaliste en insufflant dans ces destinées contrariées, un tragi-comique solidaire et magique.

Vladimir Makanine a reçu le Booker Prize russe et est publié en français chez Gallimard.

Vladimir Makanine
Le Prisonnier du Caucase et autres nouvelles
Gallimard

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :