Skip navigation

Après la mort de sa femme, un vieil émigré russe, jardinier à la retraite, est déplanté du Bronx par son fils. Perdu de vue, ce fils est devenue une caricature de milliardaire américain. Au bord de la piscine de la luxueuse villa sans âme, Iouri Voronine s’ennuie de ce « rien » plein de téléviseurs, d’air conditionné et autres babioles. Alors que le fils accumule, s’enrichit, le père s’allège et aspire à un détachement intérieur. Il projette un séjour au monastère orthodoxe de New York, pour voir.. Cinquième roman d’Henriette Jelinek (homonyme du Prix Nobel de littérature 2004) qui n’avait plus rien écrit depuis 1969, ce livre discret méritait qu’on salue sa pudeur, sa vérité, son écriture simple, au plus près des êtres.

Henriette Jelinek
Le destin de Iouri Voronine
Fallois
Grand Prix du Roman de l’Académie Française 2005

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :