Skip navigation

Flânerie ésotérico-littéraire sur les bords de Seine de l’entre deux guerres, Tout le fer de la tour Eiffel voit s’affronter Walter Benjamin, Le Walter Benjamin, collectionneur de fétiches littéraires et artistiques, et Auerbach, philologue allemand prêt à tout pour s’emparer de ladite collection.
Au cours de cette balade fantastique, le narrateur rencontre quelques grandes figures de l’époque : Céline, Tzara, Joseph Roth, Paul Célan, Robert Denoël, Murnau, etc.
Curiosité virtuose couronnée en Italie par le prix Bagutta 2002, Tout le fer de la tour Eiffel est un roman difficile mais vertigineux qui prend la forme d’une balade désordonnée dans le temps et dans l’espace : rencontres improbables, narration floue, complexe, remplie de fantômes et de créatures magiques. Au gré des chapitres, cependant, le ton se fait plus inquiétant et l’on sent poindre, à travers une conjuration orchestrée par des forces maléfiques, la menace palpable d’une catastrophe, la grande catastrophe, celle qui se prépare dans les années 30.

Michele Mari
Tout le fer de la tour Eiffel
Seuil

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :