Skip navigation

Il n’aura donc reçu aucun prix, et pourtant voici sans doute, parmi ceux que nous avons lus, un des grands livres de cette rentrée littéraire 2005.Trois ans après La petite chartreuse , Pierre Péju est revenu en librairie avec un roman grave et profond, au ton proche d’un certain romantisme. Le rire de l’ogre , dont la lecture est un vrai plaisir, peut se lire comme un conte où les hommes, leur vie durant, tentent avec force, sans toujours réussir, de maintenir le fil ténu déroulé depuis l’enfance.

1963. C’est en Allemagne précisément que Paul, jeune adolescent français orphelin de père, séjourne dans le cadre d’un échange linguistique. Derrière les apparences, un immense non-dit, l’ombre de la guerre passée et son empreinte sur ceux qui l’ont vécue et sur leurs enfants. Paul vivra là un moment clé de sa vie d’homme, de ceux qu’on porte en soi, et qui font de toute existence une énigme. C’est là aussi qu’il croisera la jeune Clara, au charme mystérieux et solitaire. Clara, dont le destin sera marqué à jamais par la culpabilité du père, médecin de guerre dans la Wermacht , et qui n’aura d’autre issue que de partir, devenant une photographe célèbre pour ses photos de guerre. Tout au long de leur existence, les chemins de Paul et de Clara se croiseront, de manière fugace. Paul, de son côté, se mariera, aura des enfants. Devenu sculpteur, avec un certain succès, retiré dans le Vercors, il y mènera une vie heureuse. Et toujours, Clara, âme-sour, comme un écho du rire de l’ogre, celui qui dévore ses enfants. Mais, dit Péju, il est vain sans doute de vouloir saisir l’énigme des êtres, et le race des sphinx finit par s’éteindre.
Paul ira ainsi jusqu’au bout, le vieil homme qu’il sera devenu laissera peu à peu les choses s’éloigner, la traversée finira par s’achever. Il y a tout dans ce livre : la naissance, la mort, le bien, le mal, le bonheur, l’art, la création. Et cela dans une écriture où l’on s’immerge avec enchantement.

Pierre Peju
Le rire de l’ogre
Gallimard

Publicités

One Comment

  1. Bonjour,
    Un envoi est toujours possible bien sûr.
    L’ouvrage coûte, frais de port compris, 10,10 euros à verser au compte 000-0238924-13, et en mentionnant votre adresse…
    Bien à vous


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :