Skip navigation

Lorsque la servante Maria Rosalia meurt, personne ne la pleure. Surtout pas les fils et filles à papa de la famille qu’elle a fidèlement servi. Pour qui se prenait-elle cette revêche illettrée qui régentait tout ? Et qui voulait des funérailles en grandes pompes ! Elle sera inhumée à la sauvette et à ses frais. Erreur fatale., en Sicile on ne badine pas avec les pactes. Ce premier roman de Simonetta Agnello Hornby, petite-fille de la noblesse sicilienne a fait un tabac. C’est que cette avocate spécialisée dans la défense d’enfants abusés sait ménager le suspens et défendre son personnage (« défaut professionnel », reconnaît-elle). L’Amandière est un tableau mordant de ce qui se cache derrière les volets clos des petites villes de l’île à l’heure de la sieste, l’heure à laquelle la dureté, la sensualité, le brigandage des vauriens et des notables trouvent quelques accommodements.

Agnello Hornby
L’amandière
Points Seuil

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :