Skip navigation

Paru dans les années 60 au Etats-Unis, couronné par le Pulitzer en 61, To kill a mockingbird nous revient dans une nouvelle traduction de Isabelle Hausser. Occasion est donnée au lecteur de (re)découvrir ce très beau livre de Harper Lee. Harper Lee qui comme le rappelle la postface de la traductrice n’a plus jamais publié depuis lors: »j’ai dit ce que j’avais à dire » confiera-t-elle plus tard…
Dans L’Alabama des années 30, Atticus Finch, un avocat rigoureux et intègre, est commis d’office pour défendre un Noir accusé de viol.
Ecrit du point de vue de Scout, la fille d’Atticus, « Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur » est un roman d’une tendresse infinie. Harper Lee évite mélo et manichéisme. Du contexte de son époque (Ne tirez pas… est écrit durant la lutte pour les droits civiques), elle se hisse dans les hauteurs de l’universel. Car ce bouquin parle aussi de l’enfance qui grandit en se confrontant à l’absurdité du monde adulte.

Harper Lee
Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur
De Fallois

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :