Skip navigation

Monthly Archives: février 2005

Toussaint est de retour. Le photographe itinérant s’attarde cette fois à Roubaix où il immortalise les ouvriers d’une filature de renom. S’y noue un sombre drame. Quel est le secret qui unit Mr Dhélin, directeur de l’usine, Jean François Mazingue, ouvrier de cette même usine, qui meurt dans d’étrange circonstances et Appolonnia, mystérieuse jeune femme qui débarque un soir en gare de Roubaix ? Une intrigue habilement menée sur une époque aujourd’hui disparue.

Decottignies; Savey
Souvenirs de Toussaint t.7 La toile écarlate
Glénat, coll. Caractère

Publicités

Une nouvelle série prometteuse chez Dupuis. Le principe: 7 péchés capitaux, 7 albums en illustrant un à chaque fois. « L’orgueil » et « La paresse » sont les deux premiers brillemment mis en scène. Un bébé qu’on enlève mystérieusement à sa mère; un athlète de haut niveau au prise avec le démon du dopage … à découvrir.

Alcante
Pandora Box
Dupuis, coll.Empreinte(s)

Karoutcho ! Manu et Mariette s’installe à la campagne. Manu,le citadin en exil, a bien du mal à s’acclimater à la riante verdure et aux joyeux usages de la population locale … quant à Mariette, elle se met à parler de faire un bébé … Une chronique tendre et désopilante d’un couple qui veut changer de vie. Par l’auteur de « Combat ordinaire ».

Ferri; Larcenet
Le retour à la terre
3 tomes disponibles
Dargaud, coll. Poisson Pilote

Un petit village de l’Est du Québec isolé dans les bois… On découvre une population frappée par l’hérédité consanguine… Tous les rejetons, orphelins, sont confiés au maire qui les exploite sans vergogne. Jusqu’au jour où deux adolescents assistent au meurtre d’une prostituée par un homme frappé de la maladie locale. Ils croient reconnaître le fils du maire… Une série pleine de mystères et de frissons, à mi-chemin entre le thriller, l’action, et le drame psychologique.

Djian; Voro
Tard dans la nuit
2 tomes disponibles,
Vents d’Ouest, coll. Turbulences

1963. Lorenzo Cuba, employé des assurances Matthews & Sons, est chargé d’enquêter sur la mort suspecte d’un acrobate du Clara’s Circus,cirque d’état de la République soviétique d’Ukraine ayant la particularité de n’employer que des artistes de petite taille. Voilà qui est pour le moins surprenant, d’autant plus que nous sommes en pleine crise des missiles et que le shériff chargé de l’affaire a disparu corps et biens au beau milieu de la nuit. Une première oeuvre passionnante et singulière d’une étonnante maÎtrise technique.

Renard; Vasseur
American Seasons t.1 1963 Clara et les nains
Casterman, coll. Ligne Rouge

Nils est fasciné par la jeune femme qui occupe depuis peu la maison isolée qui l’effrayait jadis. Angie, son frère, supporte mal cette passion amoureuse. Les relations entre les deux frères deviennent de plus en plus tendues, jusqu’au drame. Un matin, Nils découvre Selma poignardée dans sa maison. L’enquête démarre, jusqu’à ce qu’il découvre l’effroyable vérité. La fin de ce premier volume, dont on ne dira rien, est plus surprenante encore.

Cossu ; Rodolphe
Angie t.1 L’ange blanc
Casterman, coll. Ligne Rouge

Alors que le brandon du Bien contre le Mal enflamme une partie du globe, qu’au nom de Dieu on massacre l’homme, Tzvetan Todorov, Bernard Foccroulle et Robert Legros posent modestement la question de la place de l’individu en tant que tel, sensible à ses semblables. Au gré de leurs disciplines, la linguistique, la philosophie, la musique, ils dégagent l’émergence de l’individu dans l’art et les conséquences qui en découlèrent dans notre perception du monde. Depuis Petrarque, Monteverdi, depuis Van Eyck, l’homme a démarqué son sort de celui de sa corporation, de sa caste, sortant du troupeau des fidèles pour affirmer sa singularité. La musique, la peinture, l’écrit ont été les instruments et le siège de cette émancipation. A la Renaissance, l’art se met à hauteur de cet homme dérisoire, ordinaire et pourtant capable de toucher du doigt le divin par la beauté et l’harmonie.

Les trois textes de Tzvetan Todorov, Bernard Foccroulle et Robert Legros ont été écrits à la demande du Collège de philosophie et sont publiés chez Grasset. 14,60 euros.

Tzvetan Todorov, Bernard Foccroulle et Robert Legros
La naissance de l’individu dans l’art
Grasset

Au fil de l’entretien entre Pierre Delrock et Bernard Foccroulle se dégage le parcours d’un homme pour qui l’art n’est pas seulement un divertissement mais un moyen de connaissance, d’émerveillement et d’éducation. Le directeur de La Monnaie a ouvert l’opéra, en résonnance avec le monde qui nous entoure, en le mettant au service des créateurs, du public, des publics plutôt, dans un esprit profondément humaniste.

Pierre Delrock et Bernard Foccroulle
Entre passion et résistance
Labor

Arrêté par la dictature uruguayenne à vingt-deux ans, Carlos Liscano va passer treize ans enfermé. Treize années de tortures et d’isolement absolu pendant lesquelles il va tenir un journal décalé, ironique, inouï. Pas une plainte ne s’élève de ces lignes qui évoquent Kafka, Borges, Beckett, tant la logique et les modalités de l’incarcération sont absurdes. D’autres nouvelles complètent ce livre qui toutes interrogent d’une manière ou d’une autre l’incongruité des rapports de force, du hasard qui vous désigne « bourreau » ou « victime ». Seule la force du langage permet à Liscano de déjouer la désespérance et la haine totalement absentes de ces pages qui mieux qu’un témoignage nous font comprendre ce que supposent enlèvement et privation de liberté dans la tête d’un homme.

Carlos Liscano
Le rapporteur et autres récits
10/18

Dans un bouge sordide de Back’o Town, coup de tonnerre ! Buddy Bolden fait trembler la Nouvelles Orléans d’un solo de cornet rageur et presque démoniaque ; et le petit « Dipper mouth », futur Louis Armstrong, qui le contemple médusé, de comprendre la musique et de se mettre à l’aimer, vraiment. Cette rencontre fortuite, telle une révélation, un début de vérité, fera de lui le trompettiste fameux qu’on connaît.
Dans les mots d’Alain Gerber, spécialiste reconnu du jazz, c’est donc Louie qui se raconte, qui se souvient de ses trente premières années. Un voyage dans le temps, vers l’enfance, la misère, les fanfares, les petites formations et le succès un peu plus loin.
Une biographie donc, mais qui se veut absolument romancée. D’une part car elle fait le choix des souvenirs, ceux qui font fi de la vérité historique, ces anecdotes métamorphosées, tout ce qui a bâti, finalement, une légende autour de ‘Satchmo’; et roman, d’autre part, car elle se lit comme tel, pour avoir été écrit comme tel.
Un très bon roman. Plein de gouaille, de style, de nostalgie en demi-teinte, un livre rempli des odeurs de la Louisiane du début du siècle, des artifices vaudous, des haricots rouges et de jazz, surtout, car c’est là qu’il est né, précisément.
Il ne manque plus alors que la bande son, mais elle est superflue, peut-etre, car le pied bat la mesure au fil des pages. Pourtant, le livre refermé, comment ne pas courir chez son disquaire, pour prolonger encore ces magnifiques lignes, pour tenter de percer aussi ce secret qu’on devine sans peine, caché la derrière, mais qui nous échappe sans cesse ? Celui d’une musique qui dit plus que les notes ou les rythmes, qui dit l’Homme et sa souffrance.

Alain Gerber
Louie
Livre de Poche