Skip navigation

Le dernier et sixième volume de La Méthode d’Edgar Morin est paru, parachevant une approche de la réalité entamée en 1980. Rien n’est simple et tout se complique disait déjà Sempé, le sociologue le constate pour s’en réjouir, trouvant dans la complexité de l’univers et de l’organisation du vivant, une occasion de déblayer une éthique à son image.

Dans cet ouvrage d’une chaleur et d’une lisibilité inattendues, Edgar Morin affine le principe de « reliance » qui lui est cher, « reliance avec autrui, avec les siens, avec la communauté, avec l’humanité, et dernière instance, insertion dans la reliance cosmique ». Alors qu’à tout niveau prévalent la séparation (des connaissances, des pouvoirs, des responsabilités), les appartenances identitaires et religieuses, le repli sur soi. Le chercheur du CNRS appelle de ses voux la convergence des forces, contraires sans doute, contradictoires parfois, mais porteuses d’énergie. Il propose une philosophie de l’incertitude, à l’image de nos temps troublés, riche de tous les acquis de la conscience humaine. Intégrant à la fois la source grecque de la pensée, la lucidité critique des Lumières, la compassion chrétienne, la patience orientale, cette éthique raisonnable et sensible entend « résister à la cruauté du monde ». Et c’est sur le mot inattendu « d’amour » que se clôt cet ouvrage du « bien penser », selon le mot de Pascal.

Edgar Morin
L’Ethique
Seuil

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :