Skip navigation

Magistral, il n’y aurait rien d’autre à dire de ce nouvel opus de Lapière et Pellejero dont le précédent album ( Un peu de fumée bleue ) nous avait déjà touchés. Septembre 1946, Vitor est arrêté sur dénonciation et déporté en Sibérie. Sept ans plus tard, Staline meurt et les camps sont ouverts. Des prisonniers anéantis rentrent chez eux, beaucoup d’autres sont portés disparus. Kalia, sans nouvelle de Vitor, part en Sibérie à la recherche de son époux.
Dépassant l’image conventionnelle des goulags de Sibérie, Lapière et Pellejero dépeignent une histoire d’amour solaire remplie d’un espoir magnifique et intense. Un chef-d’ouvre.

Lapière ; Pellejero,
Le tour de valse
Dupuis, coll. Aire Libre

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :