Skip navigation

Monthly Archives: novembre 2004

Dans le même esprit que Persepolis bien que s’écartant de la chronique familiale, Marjane Satrapi s’attache au sombre destin de Nasser Ali Khan, virtuose du tar (instrument traditionnel à cordes), dont l’univers s’écroule le jour où sa femme, de rage à la suite d’une querelle, brise son instrument fétiche. Il n’a dès lors plus qu’une idée en tête : retrouver un nouveau tar. Mais l’instrument entre les mains, Nasser ne retrouve pas le plaisir de jouer. Il décide alors de se laisser mourir. Le lecteur suit les derniers jours du « héros » remplis de souvenirs et d’espoirs déçus jusqu’à un final vraiment émouvant. Drôle et tragique, léger et profond à la fois, ce nouvel album est une vraie réussite.

Marjane Satrapi
Poulet aux prunes
L’Association
Coll. Ciboulettes

Publicités

Après avoir dessiné les couvertures françaises de « Harry Potter » chez Gallimard, Jean-Claude Götting marque son retour à la bande dessinée avec l’histoire d’un autre grand magicien : le grand Sanderson, maître de l’illusion et devin magnifique aux spectacles duquel se presse le Tout-paris des années trente. Cet autre Houdini peaufine son nouveau tour quand il croise celle qui va bouleverser ses plans établis. Le scénario donne l’illusion de la simplicité, la narration est limpide, le dessin et les dialogues sont d’une grande élégance, tout en retenue.

Jean-Claude Götting
La Malle Sanderson
Delcourt, coll. Mirages

Azrayen, l’ange de la mort selon les croyances populaires kabyles. C’est ainsi qu’est surnommé le lieutenant Messonier, disparu avec toute sa section de harkis, et dont la capitaine Valeria est chargé par l’Etat-major français de retrouver la trace. Qu’est-il arrivé à Messonier ? Passage à l’ennemi, trahison, exécution par le Front de Libération Nationale algérien ? Nous sommes dans l’Algérie de 1957, au cour d’une guerre dont les plaies restent ouvertes en France comme en Afrique du Nord. Un sujet sensible pour cette oeuvre forte et profondément humaine qui évite avec brio tout manichéisme.

Giroud ; Lax,
Azrayen
intégrale
Dupuis, coll. Aire Libre

Magistral, il n’y aurait rien d’autre à dire de ce nouvel opus de Lapière et Pellejero dont le précédent album ( Un peu de fumée bleue ) nous avait déjà touchés. Septembre 1946, Vitor est arrêté sur dénonciation et déporté en Sibérie. Sept ans plus tard, Staline meurt et les camps sont ouverts. Des prisonniers anéantis rentrent chez eux, beaucoup d’autres sont portés disparus. Kalia, sans nouvelle de Vitor, part en Sibérie à la recherche de son époux.
Dépassant l’image conventionnelle des goulags de Sibérie, Lapière et Pellejero dépeignent une histoire d’amour solaire remplie d’un espoir magnifique et intense. Un chef-d’ouvre.

Lapière ; Pellejero,
Le tour de valse
Dupuis, coll. Aire Libre

Les personnages du court roman de Paula Fox sont désespérés mais s’en rendent à peine compte tant ils sont occupés à sauver les apparences de leur vie « ordinaire ». L’auteur américaine, jusqu’ici méconnue du public francophone, parvient à nous faire partager ce qui tient du non-dit et du tragique du quotidien mais sans claquements de portes spectaculaires. Un roman à découvrir pour ses qualités de langage et son charme insidieux.

Paula Fox
Personnages désespérés
Losfeld