Skip navigation

Alain Spiess a ce grand art de capter les conversations et d’imaginer aussitôt un univers. Ainsi commencent La méprise et Ruine, ses deux dernières parutions. Son oreille attentive donne à entendre les regrets, le temps qui fuit, les ratés de vies à l’abri du besoin. A l’abri vraiment ? En cinquante pages surprenantes, fines, pleines d’ironie et d’indulgence, La méprise brosse une vie de couple qui se délite mollement jusqu’à ce que des terroristes radicalisent les choses. En les simplifiant d’une certaine manière. Ruine est le dévidement d’un homme qui passe à table, des confidences saucées, avinées, inattendues. Au dessert il aura tout lâché à la consternation de son hôte.

Alain Spiess
Une méprise
Le Rocher

Alain Spiess
Ruine
L’arpenteur

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :